social

COLLOQUE

1er et 2 juin 2012

transparency

Ahmed Boukmakh, créateur du livre scolaire marocain

 S’il existe une personnalité appartenant au domaine de l’éducation et de l’enseignement qui a marqué,  pendant longtemps, plusieurs générations d’enfants, d’adolescents et même d’adultes, au Maroc, elle est sans conteste Ahmed Boukmakh.Qui, des générations de l’après indépendance n’a pas connu    Ahmed Boukmakh à travers sa collection de livres scolaires pour l’apprentissage de l’arabe intitulée IKRAA ?. Qui n’a pas appris par cœur  certains textes phares de ces ouvrages mémorables ou retenu  au moins certains de leurs titres inoubliables car originaux, singuliers et évocateurs ?. Qui ne se rappelle pas de ces images colorées ou en noir et blanc où on retrouve à la fois le mouvement  distinctif de la bande dessinée et le choc rhétorique de l’image, qui font la force de la photographie ?.

Le livre scolaire créé par Ahmed Boukmakh avait tous les atouts d’un livre où le plaisir d’apprendre était inséparable du plaisir ludique. Au début de l’indépendance où le sérieux était de mise, cette démarche ne pouvait venir que d’un esprit inventif, créatif et libre de toutes contraintes imposées par une quelconque autorité.

Ahmed Boukmakh, étant un autodidacte, il partait de son propre expérience pour proposer des progressions et des thèmes à même de capter l’intention, de susciter le désir d’apprendre, et de provoquer le plaisir d’auto-apprendre. Mais Boukmakh était  ouvert à toutes les expériences pédagogiques et didactiques qui se pratiquaient tant  en Orient qu’en occident. Il s’en inspirait aussi bien pour les textes qui étaient parfois adaptés dans une langue  arabe simple et belle que pour les dessins qu’il faisait faire par de jeunes artistes de sa ville natale, Tanger.

C’est cette expérience que le Forum Culturel de Tanger et l’Académie Régionale de l’Education et de la Formation  voudraient remonter et partager  avec ceux qui étaient les élèves de Boukmakh, qui sont à présent des millions de marocains, femmes et hommes, qui se rappellent nostalgiquement leurs belles années au primaire. Mais aussi faire revivre, aux plus jeunes générations,  une des étapes les plus  importantes de l’histoire éducative du Maroc,  et à travers elle, de l’Histoire du Maroc de l’après indépendance.

Lieu : Salle Ahmed Boukmakh, Club Ibn Batouta des enseignants, Tanger

Axes proposés :

–          Ahmed Boukmakh, l’homme et l’éducateur.

–          Spécificités du livre scolaire « IKRAA ».

–          Relations entre textes et images dans la collection « IKRAA ».

–          Le livre scolaire  entre Ahmed Boukmakh et les collections modernes : étude comparée.

 Ahmed EL FTOUH – Coordinateur du Forum Culturel de Tanger -062 56 01 44 – 039 93 94 57  elftouh.a@gmail.com

Conférence

logo

« Les printemps arabes vus d’Europe »

 

Le consulat général de France a organisé une rencontre avec François HEISBOURG, Conseiller spécial du Président de la Fondation pour la recherche stratégique, autour du thème, tant actuel que délicat, « Le printemps arabes vus d’Europe ».

Concernant les relations des gouvernements européens avec les ex-dictateurs, le conférencier dira que ces derniers ne pouvaient traiter qu’avec qui se trouvait sur place et que ça ne peut donc pas être considéré comme soutien européen à des régimes qui ne respectent pas la notion des droits de l’homme.

La particularité de ces mouvements, contrairement à d’autres, réside dans son universalité du fait que ces « révolutions » ont appelés à l’implication, ou du moins, une attention particulière de la part de l’Europe et des Etats-Unis d’Amérique. A ce propos, soulignera-t-il, les USA étaient beaucoup plus « branchés » que les pays européens du fait qu’ils suivaient – comme le montreront les télégrammes Wikileaks- ce qui semblait annoncer des mouvements d’un genre et d’un calibre différents.

 

D’ailleurs, a souligné le conférencier, les Etats-Unis ont montré leur réaction spontanée à peine quelques jours après l’immolation de El Azizi et les événements qui en ont découlé ; ce qui n’était pas le cas chez les pays européens.

Par ailleurs, a-t-il dit, l’Europe était partagée quant à une implication effective de tous ses éléments, citant le cas particulier de l’Allemagne.

Le conférencier a par la suite parlé de la région du Golfe, des pays pétroliers et de leur particularité en ce qui concerne leurs populations respectives qui sont « handicapées » par une présence étrangère massive dont le nombre dépasse celui des autochtones. Expliquant que tout mouvement contestataire ne pouvait, par-là, accéder à l’envergure nécessaire à un soulèvement.

Toujours dans la région du Golfe, le conférencier fera référence au « danger » que représente l’Iran, aussi bien pour les intérêts occidentaux que pour les pays limitrophes, d’où, d’une certaine manière, la complaisance de l’Europe et des Etats-Unis vis-à-vis de pays qui sont loin de toute idée d’Etats de droits.

S’agissant du cas « Syrie », le conférencier estime que Assad et les Alaouites, mènent le pays vers une guerre civile, parce que c’est l’unique rempart qui leur reste alors que l’étau se referme de plus en plus sur eux. Le conférencier n’écarte pas cette éventualité et, dit-il, puisque les armes ne se trouvent qu’entre les mains d’une seule faction, peut-être faudrait-il penser à armer l’autre… sinon, dit-il le massacre continuera et ne s’arrêtera point.

Un riche débat a suivi l’intervention du Pr François Heisbourg, mais le terrain du thème étant si important et si vaste et, par ailleurs, le temps n’étant jamais clément dans pareilles rencontres, les gens sont restés un peu sur leur faim.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s